Son luxe nous raconte
une histoire d’excellence
,
tissant l’exigence d’un savoir-faire
à la finesse d’un savoir-être.

L’intelligence de sa main
façonne un nouvel art de vivre français.

Chacun de ses jours
laisse voir la maille de nos rêves.

     
 
1 – Portrait de Patricia J. Kha,
fondatrice d'une maison de Luxe.
 


Patricia J.Kha a créé une maison de luxe française qui conçoit, fabrique et signe une collection raffinée de linge de maison en coton ou lin entièrement brodé main.

Cette femme au goût assuré apporte sa touche personnelle à l’univers du luxe.

La finesse de son regard ouvert sur différentes cultures
exige le meilleur d’un travail de broderie.

Façonnée par la richesse des voyages et une soif de lectures,
sa sensibilité renouvelle le répertoire graphique du linge de maison de luxe
conçu pour les hôtes défendant le prestige d’un art de recevoir.

 

 
 

 
 

 

2 -  L’excellence au cœur de son métier

Patricia J.Kha a donné son nom à cette Maison du luxe à la française
qui travaille dans le droit fil de la tradition et de l’élégance,
revendique la maîtrise d’un savoir-faire,
encourage et pérennise la virtuosité de la broderie main,
défend la perfection de l’ouvrage et l’excellence des finitions,
et qui cultive le raffinement et la subtilité de ses peintures à l’aiguille.

 

 
 
 

3 -  Sa signature dans l’univers du luxe

Directrice Artistique, Patricia J.Kha revisite le patrimoine de cet art de la table,
avec des motifs tant figuratifs qu’abstraits,
avec une ligne de jours ou de fins reliefs ;
avec une connaissance des arts appliqués ;
avec une réinterprétation poétique de la beauté du monde ;

Elle orne et pare nos jours et nos nuits,
nos attentes et nos songes,
nos désirs de convivialité et de partage,
en créant une collection de nappes d’apparat, nappes de cérémonies,
nappes de cocktail, sets et chemins de tables aux motifs innovants,

en lançant une ligne de linge de bain, de serviettes éponge,

en inventant une collection de linge de lit entièrement brodé main
empreinte d’une touche de liberté,
d’un souffle de poésie,
d’un charme et d’un parfum intemporels.

 
 
 

 

4 - La trame du jour

Quels sont les jours de cette femme discrète et talentueuse
menés sans tambour ni trompette
au fil de l’aiguille et du fil,
au fil d’une broderie sans tambour ?

« Que chaque jour soit une broderie de l’âme ! »
semble nous dire Patricia J. Kha, directrice artistique,
créatrice mi brodeuse mi poète,
fondatrice d’une enseigne de luxe créant du linge de maison
entièrement brodé main.

Ce mot d’ordre gouverne et scande la vie éclairée de la créatrice, Patricia J. Kha.

 

 
 
 
 

 

5 - Brodeuse de l’orée du jour

Au réveil, arrachée à ses rêves, tombée de son ciel,
elle respire et savoure cet instant d’éveil au monde :
s’inspire de l’orée du jour, de ses crevées dans le lit du ciel,
de ses passages qui se dorent et s’empourprent,
de l’aube au point du jour.

S’inspire au lever,
du cœur de l’aube
, de la tendresse de l’aubier,
du rose au rougeoiement, d’une coulée de nacre à un point de rosée,
et renouvelle sa palette, sa main armée de fil,
se nourrit de l’aubaine.

S’émerveille des premières lueurs,
des prouesses de l’invisible doreur, coloriste aux aurores,
du forgeron de l’or, de la brodeuse de l’orée du jour.

Est-ce ainsi que l’orée de chacun de ses jours est finement brodée d’un filet or ?

 

 
 
 
 

 

6 – Son point du jour

Patricia J. Kha se lève aux aurores, « il est cinq heures, Paris s’éveille ».
Elle lit, des classiques ou des inclassables, les chefs d’œuvre immortels,
déchiffre, « Luxe Oblige ! », des ouvrages sur le nouveau luxe,
décrypte la tendance « Populuxe », les secrets de « l’Opuluxe »,
repense les arts de recevoir avec raffinement,
s’informe, s’émerveille à l’aube de ce nouveau jour
et dès lors crée son point du jour :
une invitation aux plaisirs des sens
donnée par une chorégraphie de fils.

« Ainsi dit, ainsi fait » (La Fontaine)
Son luxe nous raconte une histoire d’excellence,
tissant l’exigence d’un savoir-faire à la finesse d’un savoir-être
et qui façonne un nouvel art de vivre français.


Des « Pavots de feu » sont jetés sur le grain du papier,
chaque détail est finement ausculté,
chaque passage de lumière scrupuleusement observé.
Le carton est précis : il dévoile l’anatomie du motif.
É tamines et pistils affleurent dans le vert tendre
d’un enlacement de points de nœud 
alors que les corolles prennent corps
grâce au point passé empiétant
donnant matière à de subtils épanchements de lumière
.

 

 
 
 
 

 

7 - Ses jours font chanter la matière. 

A l’instant où se lève le jour,
le dessin de Patricia J.Kha fait chanter la matière. 

Cette lève-tôt convoque son équipe au petit matin.
Graphistes, coloristes, designer planchent sur une nouvelle collection
qui sera présentée à de grands armateurs de yachts,
aux propriétaires de palaces flottant dans la baie de Monaco.

A grands traits, accompagné de son graphiste,
Patricia J.Kha invente un théâtre de verdure,
un bel écho à un Marly de plaisir et de fêtes.
Elle revisite l’élégance du nombre d’or,
les règles subtiles du rythme et de l’harmonie
et les lois géométriques
mettant à l’ordre du jour lignes droites et symétrie.
Dans l’orbite d’un Le Nôtre, jardinier du roi Soleil,
elle trace et tisse l’éloge d’un « Jardin régulier »
de fil en aiguille grâce à une enfilade de points de tige.
 
Tracé d’un Jardin à la française,
cette simplicité de plans et de lignes est un raffinement,
l’expression à ce jour d’une grande finesse de goût.

Coloriste, Patricia J.Kha le sait :
le point passé plat couvre une surface, avec une subtile régularité,
ne laissant percevoir aucune « touche » visible,
en effaçant le passage de l’aiguille.
Dans ses peintures à l’aiguille, il crée un aplat de couleur.

Le point passé empiétant, par le chevauchement des points,
traduit une vibration de couleurs, l’expressivité de la touche, l’émotion du geste.

 

 
 
 
 

 

8 - L’auteure du jour 

Ce jour courant, à point nommé,
elle trouve le jour des ses rêves, un travail de fils tirés,
au courant de l’aiguille, tire sa ligne de jours,
une suite d’ajours ou d’ouvertures, une succession de percées,
de jours de Cilaos, une technique de Madagascar,
un ouvrage à claire-voie, un travail de jours.
Son jour de rêve.

(à suivre....)