L’inspiration est une histoire de fibre.
Ici, celles serrées d’une amitié, d’une émulation, d’une ambition de révéler des richesses singulières, multiples, hautes en couleurs.
exposition des habits et moi à la maison des arts d'évreux du 15 au 30 juin 2012
Robe créée par les résidents de la maison de retraite d'évreux, la Filandière pour l'exposition
« Astronef nuptial » de fibres et de métal
conçu par les Résidentes de la Maison de retraite
La Filandière
, révélant leur patience
de fileuses et passementières,
de brodeuses et couturières.
détail d'une robe exposée à "Des Habits et Moi" en juin 2012 par les résidents de la "Filandière".
Parure de cérémonie, de parades ou de pompes,
tenue des mille et une nuits ou vaisseau nuptial
où flottent houppes, floches, flocons ou astres-pompons,

où gravitent, sur l’ellipse des hanches,
une mêlée de corps célestes,
boules, coquilles, pelotons

où circulent des satellites de laines
guimauve, lilas, lie de vin ou améthyste

ceignant le giron d’une Vénus Callipyge

où cheminent un réseau de fils,
une chevelure de mots,
la traînée laiteuse d’une comète

où culmine une lumière cosmique
tissée d’une fibre de lait, de craie, d’écume
magistralement cousue de fil blanc
par nos aînées aux têtes d’argent.

Broderie au crochet de fils de fer réalisée par les résidents de la  maison de retraite d'Evreux, "la Filandière".
Fils de fer tortillés, crocheté, tressés
pour assujettir la structure du treillage
et former une résille, une maille,
un accessoire réticulé,
sorte de sautoir,
é tole filamenteuse
ou col de corsage.

L’ouvrage est assemblé au bustier
grâce à des épingles de nourrice,
prenant l’habit d’agrafes, broches ou fibules.

Ce réseau à longs jours
fait d’un enlacement de fils
forme une passementerie en « macramé ».
De filiation arabe, macramé signifie « nœud ».

Serrant les nœuds de l’affection,
de l’amitié, de l’aide, du soutien,
de l’accompagnement de nos Aînés
,
l’atelier des Habits & Moi de la Maison des Arts
unit force, conviction et engagement
à la dévotion de Yasmine Christelle Batut,
animatrice de la Maison de retraite La Filandière.

Chapeau bas ! à l’engagement de cette équipe.

Broderie sur papier calque réalisée pour cette robe exposée par les résidents de la "filandière" d'évreux pour l'expo 2012 de "des habits et moi".
Plis de papier, jupes à godets,
assemblage de calques cousus main,
piqués d’un filigrane à décalquer,
message secret de quelques femmes
- Résidentes de la Filandière -
au cœur tout cousu d’or.
Sculpture textile réalisée pour l'exposition : "Des  Habits et moi" en juin 2012 à la maison des arts d'évreux.
Coiffe de chef tribal,
Toque ou casque monumental

Chéchia ou tarbouche
Capeline orientale,

Couvre-chef ou capuchon,
mélange de laine et de corde
pour un président à mortier
pour un haut dignitaire « toqué ».

Détail d'une sculpture textile à l'expo :"des haits et moi" d'évreux.
Coiffure en tissu, fil et corde
réalisée par les élèves
de l’Atelier des Habit & Moi
de la Maison des Arts d’Evreux.
Accumulation de macarons de tissus,
superposition de rouleaux de laine,
amoncellement de tresses de coton,
agglomération de nattes de fil,
ajouts de torsades ou de toupets,
d’anglaises ou de boucles,
de nattes et de queues,
de frisures ou de frisons,
longue crinière de fibres
ou chevelure longue
considérée par des peuples anciens
comme un signe de force,
comme l’emblème de l’homme libre.
Robe de l'atelier : "des habits et moi"2012
Robe, toge ou tunique à traîne,
cette jupe à queue est piquée d’azur.

Voile de déshabillé ou parure de maharani,
- princesse hindoue -
ces froufrous et froissements d’ailes,
cousent ensemble plumes et mousseline,
charlottes de nylon ou polyamide à bord froncé
humour et poésie des élèves
de l’Atelier des Habits & Moi
de la Maison des Arts d’Evreux.
Robe de l'exposition organisée par la maison des arts d'évreux
Mue d’un oiseau fabuleux
celle d’un Phénix renaissant de ses cendres,
cette enveloppe de cellulose ose le plastique
qui rehausse et magnifie la plastique
d’une matière qui renaît de ses cendres
grâce à l’inventivité, à l’aiguille affûtée
aux doigts d’or des élèves de l’atelier
des Habits & Moi.
robe bleue réalisée par les ateliers "des habits et moi"d'évreux.
Cet habit est brodé sur toutes les coutures.
Les petites mains de l’atelier des Habits & Moi
ont piqué, surfilé, bordé les coutures,
cousu une à une charlottes de nylon,
galettes de laine crochetées,
pans de cellophanes ourlés de fils métisses.

Elles ont fait des ourlets au point serré, des biais gansés
joignant et liant leurs versants poétiques
au revers de leur propre fantaisie
mis au profit d’un bel ouvrage collectif.

La matière
- ici, coiffes d’hôpital aseptisé,
charlottes de nylon, d’acrylate ou de viscose -
est détournée, réévaluée, explorée, sondée,
exploitée une seconde fois,
et investie d’une charge esthétique.

Nid d’idées opportunes et ingénieuses,
La Maison des Arts d’Evreux travaille en partenariat
avec Le Setom de l’Eure,
filière de recyclage des matières ménagères
et l’Association d’insertion et de solidarité, ID Vêt,
engagée pour le développement durable.

Cette synergie
Maison des Arts, Le Setom et ID Vêt
revêt une étoffe d’acteur
où chacun est responsable des actes de tous
sans arborer l’habit de chef.

Robe plume présentée à l'exposition "des habits et moi" de la maison des arts d'évreux en juin 2012
Houppe et panache de plumes
forment une coiffe-plumet ou une tête à aigrette,
peut-être un chapeau pour les plus huppés.

Touffes de brins de fil ou de laine,
amas de brindilles, nid de bois sec, toupet,
dessinent tête et silhouette.

Une pluie de plumes, d’ouate et de mousseline,
d’air, d’azur et de terre,
construit cette houppelande ou cette cape,
cet habit-volière avec son giron
– pan de vêtement taillé en pointe -
ce cocon, cet écrin ou cette carapace.

Robe sculpture en plumes et bois flottés réalisée par les ateliers de la maison des arts d'évreux pour l'exposition 2012 de "des habits et moi".

Sortant de cette chrysalide,
élève de l’Atelier des Habits & Moi,
résidente de la Filandière
ou stagiaire de l’Association Education et Formation
peut prendre son essor
aidé par ce projet d’envergure
mis en place par la Maison des Arts d’Evreux.

Eminemment poétique,
cet habit nous rappelle que
« Dépouille est le sens primitif de « robe ».

détail du chapeau de la robe plume de l'exposition : des habits et moi  de la maison des arts d'évreux.
Cet ouvrage allie et conjugue une agilité
toutes à la fois de casquettières, de jupières et corsetières
mais également de rêveuse-brodeuse,
de patiente assembleuse,
de monteuse en coiffe et en col,
de fileuse et bâtisseuse d’un habit
où, avec plaisir,
notre regard se faufile.
Grand dessin présent à l'expo : des habits et moi d'évreux
De taille humaine,
ce dessin est rehaussé d’ocre rouge,
de jaune mi safran mi curcuma

et traduit les élans au sang bleu de l’artiste.

Il s’inspire des œuvres
du Musée d’Art, d’Histoire et d’Archéologie d’Evreux.
Le regard de l’élève
y a glané une expression, une posture,
y a relevé une mimique, une ouverture.

Sa collecte l’aide à construire une mémoire culturelle
formée d’ajouts, de superpositions, de déploiements,
de clins d’œil, de références ou de citations,
participant à son enrichissement sinon à un encouragement.

Il y apprend à se déshabiller de son égo
pour se dire
autrement.

Détails d'un dessin réalisé par l'atelier : des habits et moi 2012
Des Habits & Vous…

Défendant la Culture pour Tous,
La Maison des Arts d’Evreux

est un beau déploiement d’énergie,
de talents, de fraîcheur,
de dévotion,
unissant aînées et jeunes.

Merci à celle qui dirige le lieu,
Anne Jaillette, chaleureuse,
avenante et amène.

Révérence et chapeau bas,
pour Michel Champredon,
le premier magistrat de cette ville,

qui accorde crédit et considération
pour l’enseignement des arts

à l’adresse des Résidentes de la Filandière,
des stagiaires de l’Association Education et Formation,
les élèves de l’Atelier des Habits & Moi
de la Maison des Arts

construisant ainsi une passerelle
vers tout un chacun.

Textes de Jacqueline Haab

 
 
 
 
 

« Des Habits et Moi »

« Je songe à un couturier
qui se prendrait lui-même comme étoffe »
Valerio Magrelli


« Des Habits et Moi »

est une exposition dans les Galeries de la Maison des Arts Solange-Baudoux et au Musée d’Art, d’Histoire et d’Archéologie d’Evreux 
des réalisations de l’Atelier des Habits et Moi.


Cette manifestation a lieu du 15 au 30 juin 2012.

Des élèves de le l’atelier de la Maison des Arts,
des stagiaires de l’Association Education et Formation,
des résidents de la Maison de retraite de la Filandière,
des lycéennes de la section Bac Pro du Lycée Professionnel Aristide-Briand,
c’est-à-dire des personnes de tous âges, d’origine et de culture différentes
mais toutes se nourrissant du terreau de l’art,
nous dévoilent leurs talents.

L’Atelier des Habits et Moi a de l’altruisme une pièce. C’est une étoffe dont il fait l’habit.

L’Atelier des Habits et Moi se caractérise
comme « un espace de recherches, d’expériences et de création 
ouvert à tous ».

Le fil conducteur de cet atelier : l’habit
Forme, matière, couleur et mouvement définissent la trame plastique.
Leur mise en adéquation avec les matériaux récupérés, recyclés ou inventés
constitue la fibre esthétique de chaque pièce « ouvragée ».

On respecte l’habit et de surcroit celui qui l’habite.

Ça ressemble
à des constructions en trois dimensions,
tout à la fois des sortes d’habits,
des espèces de carapaces en tissus,
des genres de parures-sculptures,
pour ainsi dire des demeures,
autrement dit d’autres enveloppes pour le corps.

Ça ressemble
à des réalisations mettant en œuvre
un travail de confection et d’assemblage,
de couture, d’association, de coupe et de reprise,
des technique de broderie, de sculpture ou de modelage,
un apprentissage du dessin, du patron et du bâti, de la composition,
une connaissance des matériaux, une sensibilité à la couleur.

Ça ressemble
à des confections se nourrissant du regard de l’autre,
"épinglant", surjetant des références muséographiques,
se doublant des coutumes d’ici ou d’ailleurs aux parfums d’est en ouest,
mettant à fleur de l’un ou de soi
des origines culturelles diverses, plurielles, mixtes, métisses,
s’armant d’un langage universel : riche et émouvant
chacun est doué d’un doigté bien tempéré.

Des Habits de fête, un habit de chœur, plus qu’un habit à la française…

Cette exposition nous déshabille d’un a priori :
l’art serait réservé à une élite, à la fine fleur de la société.
Ici, tout quidam peut recevoir une culture esthétique et découvrir la fleur des arts.

Cette exposition en découd avec tout sectarisme,
tout clivage, toute éviction, toute élision.
Elle nous dévoile sa loi du partage,
sa parure humaine construite ici
d’une toile sociale métisse,
d’une trame multiculturelle,
d’une chaîne fraternelle
confectionnant la haute lice d’une vie citoyenne.

« L’habit d’un homme proclame ce qu’il fait,
sa démarche révèle ce qu’il est »
L’Ecclésiastique

Chaque œuvre créée dans les Ateliers de la Maison des Arts d’Evreux
s’inscrit dans cette fibre universelle et « policée » 
unissant l’éthique et l’esthétique,
le semblable et le différent,
l’unique et le singulier.

L’exposition « Des Habits et Moi » nous rappelle que
«l’habit ne fait pas le moine».
Dépouillé de sa vareuse, de son bleu d’artiste,
l’élève ou le stagiaire se vêt d’une coquille,
endosse une armure ou sa cotte de maille,
se glisse dans une guipure, se gaine de sa chrysalide,
s’enveloppe d’une double peau ou se pare d’une résille,
se couvre d’une pelisse-palimpseste,
se fiche dans un dedans doublé de soie …
arbore cette peau « criblée d’astres»,
pèlerine des poètes, des étrangers-voyageurs.

« L’homme a dans le corps un habit d’arlequin :
son âme. » Xavier Forneret

C’est beau, c’est grand, c’est émouvant,
parce que le projet de la Maison des Arts Solange-Baudoux est ambitieux et touchant, émouvant et engagé, altruiste et ouvert.
Il se raconte comme un voyage au-delà des temps de crise,
comme une aventure humaine, unique.

Il prend corps grâce au Collectif de création Des Habits et Moi de la Maison des Arts dirigée par Anne Jaillette.

Il se définit comme
une initiative
en faveur d’une population fragile souvent placée en marge d’une culture artistique.

Un projet de métisser des rencontres inattendues
entre des personnes d’horizons divers,
aux intérêts éloignés du monde des arts,
pour certaines en situation de précarité,
pour d’autres suivant une formation technique,
toutes demandeuses d’échange et d’ouverture,
d’une chance de découvrir et mettre en œuvre
ce qui les anime : le beau et le sensible.

Une structure fédérant différentes compétences
tant administratives qu’artistiques
toutes nourries d’une même éthique :
aider, tendre la main, seconder
afin que la culture des arts ouvre en chacun
une seconde vie.


Une équipe mobilisant une énergie de partage,
de don, de dialogue

sous l’égide d’une même ambition : rallier l’art vers ceux souffrant d’isolement, d’exclusion, de marginalisation.
Artiste ou intervenants, organisateur ou directrice,
chacun est le modeste passeur d’une culture pour tous.

Pour autrement dire, chacun, ici, revêt ses plus beaux habits

L’inspiration est une histoire de fibre.
Ici, celles serrées d’une amitié, d’une émulation,
d’une ambition de révéler des richesses singulières,
multiples, hautes en couleurs.

Une invitation, une injonction :
Venez regarder ces travaux d’aiguille et de ciseaux,
de pampilles et de rinceaux,
sortis de ce lieu de formation à l’art et aux pinceaux,
belle estampille d’une famille de cœur.

Ici, pour les âmes d’élite, il y a des plaisirs de choix.

Présentation des réalisations des lycéennes
de la section Bac Pro du Lycée Aristide Briand associées à l'exposition.